UISG
Un projet de l'UISG depuis 2020.
En savoir plus
UISG Catholic Care for Children International
Posted on décembre 15, 2022

Rencontre des sœurs à l’avant-garde de la Réforme des Soins aux enfants à la UISG


Share

“Cheminer ensemble pour transformer les soins aux enfants »

Quinze sœurs catholiques et collègues de six pays se sont réunis à Rome du 28 novembre au 4 décembre 2022 pour discuter de nouveaux modèles de soins aux enfants, inspirés par la vision d’une famille pour chaque enfant, dans le cadre du projet « Cheminer ensemble pour transformer les soins aux enfants ». Les sœurs représentent des instituts religieux et des associations nationales de religieuses qui s’occupent de milliers d’enfants en Ouganda, au Kenya, en Zambie, au Malawi, en Afrique du Sud et au Sri Lanka. Kathleen Mahoney et Dan Lauer, Senior Program Officers au sein du programme Children and Families de la Foundation GHR, se sont joints à elles.

La réunion a été accueillie dans les bureaux de l’UISG par Sœur Niluka Perera, coordinatrice pour l’UISG de Catholic Care for Children International. Le CCCI soutient les efforts des sœurs catholiques dans le monde entier pour réduire le recours aux soins institutionnels pour les enfants et encourager les soins familiaux. Il s’agissait de la première réunion en personne de ce groupe international.

Le thème de la réunion était « Cheminer ensemble pour transformer les soins aux enfants ». Au cours de la réunion, les sœurs ont partagé des histoires, des points de vue, des défis et des étapes importantes de leurs parcours, décrivant le travail des religieuses dans leurs pays au nom des enfants et de la réforme des soins.

Dans ces pays, comme dans de nombreux autres endroits du monde, les sœurs comptent généralement parmi les principaux prestataires de soins aux enfants dans des institutions telles que les orphelinats et les foyers pour bébés. L’évolution en faveur des soins familiaux a entraîné des changements significatifs pour les sœurs et leurs collègues, y compris des changements dans les pratiques de soins qui s’étendent maintenant au-delà des portes des institutions. Beaucoup ont acquis une formation dans de nouveaux domaines tels que le travail social, la gestion des cas, la protection des enfants et le regroupement familial. Pour s’assurer qu’elles atteignent constamment les normes de pratique les plus élevées possibles, elles travaillent également beaucoup avec des données. Lors de la réunion, elles ont décrit les approches systématiques qu’elles utilisent pour collecter et analyser les données afin d’évaluer et d’affiner les pratiques de soins.

Les sœurs ont expliqué que l’évolution vers les soins familiaux est également un changement pour les communautés locales. Cela implique de nouveaux partenariats et de nouvelles méthodes de travail entre les autorités locales, les agences sociales, les églises, les bienfaiteurs des institutions pour enfants et d’autres acteurs. Elles ont souligné l’importance de la communication avec toutes les parties prenantes, dont la compréhension et le soutien sont essentiels pour faire avancer le mouvement en faveur de l’accueil familial.

Tout au long de la réunion, les conversations des sœurs ont reflété la complexité du parcours de l’enfant entre l’institution et la famille. Elles ont parlé de la nécessité de mettre en place des pratiques et des politiques visant à garantir la sécurité, la protection et le bien-être de l’enfant, non seulement dans les institutions, mais aussi dans tous les contextes des soins apportés à l’enfant, qu’il s’agisse de sa famille biologique ou adoptive, d’un placement familial, de soins à la parenté ou d’un autre contexte. Les sœurs ont abordé ces sujets et d’autres encore au cours de la semaine avec des dirigeants d’organisations catholiques à Rome dont les missions sont liées aux enfants, aux familles et à la réforme des soins.

Le 29 novembre, le groupe a rencontré Gabriella Gambino, sous-secrétaire du Dicastère du Vatican pour les laïcs, la famille et la vie, qui se concentre sur la pastorale des jeunes et de la famille. Le lendemain, le père Andrew Small, secrétaire de la Commission Pontificale pour la Protection des Mineurs, et Emer McCarthy, responsable de projets, ont rejoint le groupe au bureau de la UISG. La Commission propose des lignes directrices et surveille la mise en œuvre de la protection dans toutes les entités de l’Église, telles que les diocèses, les conférences épiscopales et les instituts religieux. Sœur Niluka est membre de la Commission.

Plus tard dans la semaine, le groupe a rencontré à l’Université grégorienne Mgr Peter Beer, Directeur de la recherche et du développement à l’Institut d’anthropologie, et Anthony Ssembatya, chercheur associé. L’Institut fait avancer la recherche sur la dignité humaine et les soins aux personnes vulnérables et propose des études avancées dans le domaine de la sauvegarde.

Les activités de la semaine comprenaient également deux sessions de conversation. L’une d’entre elles, centrée sur le suivi et l’évaluation, était dirigée par la consultante en suivi et évaluation de la CCCI, Nicole Moran, qui a également joué le rôle de facilitatrice pour la réunion. L’autre session, qui s’est focalisée sur les activités de communication de la CCCI tout au long de l’année, a été dirigée par la consultante en communication de la CCCI, Sœur Maxine Kollasch.

La réunion s’est terminée le 4 décembre, après que les participantes ont réfléchi au chemin parcouru ensemble pendant une semaine et ont envisagé avec enthousiasme la réunion de 2023.


cccisitedev Photo

About cccisitedev

Read more posts from cccisitedev
Abonnez-vous à notre newsletter

Further Reading