UISG
Un projet de l'UISG depuis 2020.
En savoir plus
UISG Catholic Care for Children International
Posted on septembre 29, 2022

Changer les Cœurs et les Esprits en Zambie pour une réforme des Soins 


Share

Changer les perceptions des communautés locales est une étape importante dans le transfert des soins aux enfants des institutions vers les familles. Dans cette vidéo de juin 2022, Catholic Care for Children en Zambie décrit ses efforts et les progrès réalisés. Vous pouvez lire la transcription complète de la vidéo ci-dessous.

Transcription de la vidéo

Mbiliya Luhanga, Chef de projet, Catholic Care for Children en Zambie

Le gouvernement a déclaré très clairement que les soins en milieu familial étaient l’option privilégiée pour tous les enfants de Zambie, y compris les enfants vivant avec un handicap. La réforme des soins a adopté un processus traditionnel. Au fil des ans, nous avons constaté un effondrement du système traditionnel de la famille élargie, qui accueillait généralement les enfants vulnérables en raison de la pauvreté ou du décès de leurs parents. Il s’agissait donc d’un filet de sécurité qui permettait à ces enfants d’être élevés dans un cadre familial et au sein de leur communauté.

Malheureusement, avec le VIH/sida, alors que la nation était aux prises avec le VIH, l’effondrement socio-économique et la pauvreté, nous avons constaté une augmentation de la vulnérabilité au niveau familial, ce qui a conduit à la nécessité de créer des structures d’accueil pour les enfants en Zambie à l’époque. Il y a eu un mouvement en faveur de l’admission des enfants dans ces structures d’accueil.

Ce qui est positif, c’est que notre gouvernement a fait preuve d’une forte volonté politique pour promouvoir les soins familiaux pour tous les enfants du pays. Il a mis en place un cadre réglementaire très solide, reflété dans nos lois et nos politiques, qui favorise la réintégration des enfants des structures d’accueil dans leur famille et envisage également d’autres options de soins, telles que le placement en famille d’accueil et l’adoption. Au fil des ans, nous avons constaté une augmentation du nombre de familles qui reprennent les enfants des structures d’accueil et un intérêt pour le placement en famille d’accueil et l’adoption de la part de diverses familles au sein de diverses communautés.

Sœur Elisabeth Muleya, Secrétaire générale, de l’Association de Sœurs de Zambie

L’Association de Sœurs de Zambie, communément appelée ZAS, est un organisme de coordination pour toutes les femmes religieuses de Zambie. Elle a été fondée en 1958. Elle compte 46 congrégations et plus de 1 500 sœurs, autochtones et missionnaires.

L’association gère un certain nombre de programmes et de projets. Le CCCZ (Catholic Care for Children in Zambia) est l’un des projets gérés par ZAS. Par le biais de Catholic Care for Children in Zambia, l’association joue un rôle proactif dans la promotion du bien-être des enfants en Zambie, en particulier en ce qui concerne les questions de sauvegarde et de protection des enfants.  Mais là encore, le projet promeut les soins familiaux comme le meilleur environnement pour favoriser la croissance d’un enfant.

Jeremiah Banda, Directeur de programme, Association de Sœurs de Zambie

La question du changement d’attitude et de mentalité de la communauté est liée aux activités de sensibilisation que nous avons entreprises par le biais de la radio et d’interactions directes avec la communauté.

Dans le cadre du projet Catholic Care for Children, nous travaillons avec les partenaires de collaboration et les plateformes Children in Families, et nous avons été en mesure de diffuser certaines activités de sensibilisation à la radio, et ce que nous obtenons en retour, c’est que la perception de la communauté change lentement et qu’elle est maintenant réceptive au retour de ses enfants dans les familles. Je pense que les réactions sont plus positives en ce qui concerne la promotion des soins familiaux que le placement des enfants en institution. C’est un processus graduel, mais je pense que nous y arrivons parce que nous pouvons maintenant dire que la communauté soutient vraiment notre initiative de placer les enfants dans les familles.

Sur le plan interne, nous pouvons dire que le défi a été de faire en sorte que nos religieux et notre clergé adhèrent à ce que nous promouvons. Récemment, nous avons constaté des efforts concertés de la part de nos organes régionaux, de l’Association des conférences épiscopales membres d’Afrique de l’Est (AMECEA) et des conférences nationales, qui impliquent nos évêques et le clergé afin qu’ils puissent adhérer à ce projet.

Au niveau de la communauté, les problèmes liés à la pauvreté sont vraiment les facteurs qui poussent les enfants à être placés dans des institutions. Nous renforçons donc l’économie afin de nous assurer que les familles ont la capacité de s’occuper d’eux et de subvenir à leurs besoins. Je pense que ce sont là les deux principaux défis de la réintégration, mais pour le reste, le projet est en bonne voie. Nous espérons qu’au fur et à mesure que nous poursuivons nos interventions, nous pourrons voir davantage de domaines d’impact et de croissance positive des enfants dans les environnements familiaux.

Le changement de mentalité est un long parcours et un processus, c’est pourquoi nous pensons que nous devons continuer à nous asseoir autour de la table, à dialoguer sur la meilleure façon d’assurer la transition afin que la plupart des structures d’accueil des enfants puissent apporter un soutien au niveau de la famille, du ménage. Nous espérons que les partenaires qui nous aident en termes de ressources matérielles et financières continueront à soutenir cette cause et les interventions que nous faisons, afin qu’en fin de compte, nous puissions tous voir qu’un certain nombre d’enfants sont passés des soins institutionnels aux soins familiaux. Nous devons continuer à nous impliquer les uns les autres et à impliquer toutes les parties prenantes, y compris le gouvernement, afin que nous puissions parler des réformes des soins.

Abonnez-vous à notre newsletter

Further Reading