UISG
Un projet de l'UISG depuis 2020.
En savoir plus
UISG Catholic Care for Children International
Posted on septembre 16, 2022

La Réforme des Soins et Catholic Care for Children 

Kathleen Mahoney, PhD
Chargée de Programme, Développement mondial, Fondation GHR

Share

Le monde s’éveille à l’importance de réformer les soins aux enfants et aux adultes vulnérables en accordant une attention croissante à ce qui favorise l’épanouissement humain. Cette tendance marque l’abandon des approches institutionnelles de soins au profit des soins familiaux et communautaires.  

La tendance mondiale à l’abandon du placement des enfants et des adultes vulnérables en institution, qui dure depuis des décennies, est alimentée par les sciences sociales qui démontrent clairement que le fait de grandir dans une famille sûre et nourricière est fondamental pour un développement psychosocial sain tout au long de la vie. Les sciences sociales sont également très claires quant aux risques associés au placement en institution :

  • Quelles que soient les circonstances, la séparation de la famille est traumatisante pour un enfant. 
  • En dehors de sa famille, un enfant est plus susceptible d’être maltraité, négligé ou victime de la traite des êtres humains. 
  • Les jeunes enfants placés en institution, en particulier ceux de moins de trois ans, sont plus susceptibles de souffrir de problèmes psychosociaux ou de retards physiques et cognitifs.
  • L’incidence du sans-abrisme, de la criminalité et du suicide est plus élevée chez les jeunes qui quittent le placement en institution après un séjour prolongé.

S’appuyant sur les sciences sociales, les cadres juridiques émergents s’orientent clairement vers des approches familiales et communautaires des soins aux enfants et aux personnes vulnérables. La Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant (CNUDE), dont le Saint-Siège est signataire, est particulièrement intéressante à cet égard. Elle affirme clairement le droit de l’enfant à une famille : “…Reconnaissant que l’enfant, pour l’épanouissement harmonieux de sa personnalité, doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d’amour et de compréhension ….” 1

Les sensibilités qui sous-tendent la CNUDE sont reprises par le Pape François dans Amoris Laetitia: “

Dès qu’ils naissent, les enfants commencent à recevoir en don, avec la nourriture et les soins, la confirmation des qualités spirituelles de l’amour. Les actes de l’amour passent à travers le don du nom personnel, la transmission du langage, les intentions des regards, les illuminations des sourires. Ils apprennent ainsi que la beauté du lien entre les êtres humains vise notre âme, recherche notre liberté, accepte la diversité de l’autre, le reconnaît et le respecte comme interlocuteur …et cela est l’amour, qui apporte une étincelle de celui de Dieu !”2

Il est clair qu’il est préférable pour les enfants de grandir dans des familles sûres et aimantes. Cependant, plus de 8 millions d’enfants vivent en dehors du cadre familial, privés de l’attention d’une famille sûre et aimante. Beaucoup trop d’entre eux vivent dans de grandes institutions. Ces enfants sont souvent appelés « orphelins ». Il s’agit pourtant d’une appellation erronée, car environ 80 % des enfants placés en institution ont un parent en vie. C’est souvent la pauvreté, un handicap, un problème de santé ou le manque d’accès aux services de base qui entraînent la séparation des familles et poussent les enfants vers le placement en institution, les privant ainsi de l’attention dont ils ont besoin et qu’ils méritent.

Les Réalités Catholiques

Chez les catholiques, les soins sont inspirés par les Écritures et façonnés par l’enseignement social catholique. Il existe de nombreux exemples édifiants de soins prodigués par des catholiques et sous des auspices catholiques. En fait, la communauté catholique est le plus grand pourvoyeur de soins et d’aide sociale au monde.

L’une des mesures des soins catholiques, bien qu’imparfaite, est le nombre d’institutions de soins parrainées par l’Église catholique. L’Annuarium Statisticum Ecclesiae (2019) nous apprend qu’il existe plus de 105 000 institutions d’aide sociale parrainées par l’Église catholique, y compris des institutions de  » soins totaux  » : 9 374 orphelinats et 15 429 maisons pour personnes âgées, infirmes et handicapées. Il existe également 10 723 crèches.

Nous attirons ici l’attention sur le nombre d’orphelinats parrainés par l’Église catholique (plus justement appelés institutions de soins aux enfants). Selon l’Annuarium Statisticum Ecclesiae, entre 1980 et 2011, le nombre d’orphelinats catholiques est passé de 6 185 à 10 524, une augmentation qui s’est accélérée avec l’aggravation de l’impact du VIH/sida. Depuis 2011, le nombre d’orphelinats a diminué de plus de 1 000. Bien que nous ne connaissions pas les causes de cette baisse, nous espérons qu’elle signale une diminution du nombre d’enfants placés en institution.

nombre d’orphelinats catholiques, 1980 – 2019*

Catholic Care for Children 

Il existe une myriade d’exemples de soins inspirants et exemplaires apportés aux enfants et aux personnes vulnérables par des catholiques et sous des auspices catholiques. Le renforcement des familles permet d’éviter la séparation des enfants de leurs parents et de leurs frères et sœurs, tandis que les enfants qui ont été séparés sont réunis avec leur famille. Les personnes handicapées bénéficient d’un soutien au sein de leur famille et de leur communauté.

Ces dernières années, des congrégations de femmes et d’hommes religieux se sont réunies pour faire avancer la réforme des soins de manière plus concertée et collaborative. Sous l’égide de leurs conférences nationales respectives, des femmes et des hommes religieux d’Ouganda, du Kenya et de Zambie lisent les signes des temps et y répondent. Ils ont posé des questions profondes et y répondent :

Comment allons-nous exprimer nos charismes d’attention aujourd’hui ?

  • À la lumière de ce que les sciences sociales nous apprennent sur l’importance de l’éducation familiale ?
  • À la lumière des cadres juridiques émergents qui favorisent les soins familiaux ? 
  • À la lumière de notre foi ? 

Travaillant ensemble en tant que membres fondateurs du mouvement Catholic Care for Children, des femmes et des hommes religieux d’Ouganda, du Kenya et de Zambie sont des agents de la réforme des soins. Ils se sont réunis pour donner une nouvelle expression à leurs charismes respectifs en matière de soins aux enfants, en abandonnant les approches institutionnelles des soins aux enfants au profit d’approches basées sur la famille et la communauté.

Valeurs et Principes Fondamentaux

En 2020, les représentants de Catholic Care for Children ont élaboré une charte exprimant leurs valeurs et principes fondamentaux concernant les besoins et les droits des enfants à des familles sûres et nourricières.

  • Si les familles sont en détresse, apporter un soutien pour éviter que les enfants ne soient séparés de leur famille. 
  • En cas de séparation, veiller à ce que les enfants soient réunis avec leur famille ou placés dans un environnement de type familial. 
  • Si des soins d’urgence sont nécessaires, il faut veiller à ce qu’ils soient de la meilleure qualité possible et de la durée la plus courte possible. 
  • Le placement en institution à grande échelle ne doit être envisagé qu’en dernier recours.

Des résultats prometteurs ont déjà été obtenus. Avec une détermination croissante, les sœurs et leurs collègues travaillent ensemble pour réformer les soins. Elles ont renforcé leurs propres capacités en matière d’approches familiales et communautaires des soins en développant leurs compétences et en se formant au travail social. Elles ont travaillé en étroite collaboration avec les responsables locaux et nationaux pour garantir le respect des cadres juridiques. Ils ont plaidé en faveur des soins familiaux dans les communautés locales et dans les forums nationaux. Le nombre d’enfants placés dans des institutions catholiques a diminué ; davantage d’enfants sont placés dans des familles. En effet, alors que les religieux trouvent de nouvelles façons d’exprimer leur charisme de soins, ils deviennent les champions de la réforme des soins, permettant ainsi d’améliorer les résultats pour les enfants et leurs familles.

La crèche « Lumière du monde » a été créée par les religieuses du Sacré-Cœur de Marie dans la banlieue de João Pessoa, dans le nord-est du Brésil. Elle offre un environnement sûr, aimant et stimulant aux enfants âgés de trois mois à sept ans, souvent issus de foyers très pauvres, dans le cadre d’une crèche et d’un jardin d’enfants. La crèche Light of the World travaille avec leurs parents (dont beaucoup sont seuls) pour les aider à créer des foyers plus stables.


Dans la ville de Kisumu, sur les rives du lac Victoria au Kenya, les Missionnaires franciscains de Saint-Joseph travaillent avec des enfants qui vivent dans les rues de la ville en raison de conditions familiales difficiles. Les Missionnaires franciscains fournissent un hébergement temporaire, des conseils et un soutien sur la voie de la réunification des enfants avec leurs familles. Après la réconciliation et la réintégration, le personnel du projet continue à suivre et à soutenir la famille.


Pendant le confinement COVID-19 et la fermeture des écoles dans le quartier de Kannagi-Nagar à Chennai, en Inde, les sœurs salésiennes ont veillé à ce que plus de 400 enfants vulnérables continuent à recevoir une éducation le soir, dans le cadre de ce qui aurait été des cours après l’école. Les comités de protection de l’enfance mis en place par les sœurs dans la région ont veillé à ce qu’aucun enfant ne soit forcé de travailler pendant la fermeture, malgré les difficultés financières de leurs parents.


À Lusaka, en Zambie, les Sœurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie ont créé la seule école du pays pour les enfants sourds et aveugles. S’efforçant de vaincre la stigmatisation, le projet fournit également un service de soins à domicile pour les enfants, impliquant les parents et la communauté au sens large dans les soins prodigués aux enfants.

Exemples avec la gracieuse permission de Misean Cara

1 Préambule de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (1989),
https://www.ohchr.org/en/instruments-mechanisms/instruments/convention-rights-child.

2 François, Exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia [La joie de l’amour], 19 mars 2016, n° 172, Saint Siège,
https://www.vatican.va/content/francesco/en/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20160319_amoris-laetitia.html.

Cet article est extrait de la publication « Une famille pour chaque enfant ». Lire la publication complète ici.

Abonnez-vous à notre newsletter

Further Reading